Qui nous sommes?

L'histoire de notre association et quel est le projet que nous menons

Mame Coumba NDIAYE
Mame Coumba NDIAYE

Chers lecteurs émigrés et autres citoyens sénégalais vivants à l’étranger

A travers ces lignes, nous souhaitons partager avec vous une longue réflexion qui a aboutit à la mise en place d’une organisation à but non lucrative et d’utilité sociale « Onlus » telle que définie en Italie.

L’Organisation des Emigrés pour le Développement du Sénégal (OEDS), en italien « Organizzazione degli Emigrati per lo Sviluppo del Senegal onlus » est basée en Italie. Ses membres fondateurs essentiellement constitués d’émigrés sont établis dans différents pays, en Europe, aux états unis et en Afrique.
Ensemble, avec vous sénégalais de l’extérieur et autre bonne volonté, nous vous invitons à exécuter un programme de développement du Sénégal par les émigrés. Par ce programme, nous avons foi à votre civisme et à votre patriotisme. Notre souhait est de fédérer les associations Sénégalaises d’émigrés à travers le monde entier autour des objectifs et préoccupations partagés par tous les émigrés. Mais surtout les conscientiser, les sensibiliser à participer activement au développement du Sénégal. Nous vous tendons la main, car nous sommes convaincus que le développement d’un pays se fait par ses propres citoyens. Des études menées au Sénégal ont montré que 30 à 80% du budget des ménages provient des transferts d’argent des émigrés. Cet argent qui pourrait servir de précurseur dans de nombreux secteurs de développement est stabilisé en général dans l’immobilier et les besoins élémentaires des familles. En effet, selon les chiffres officiels des institutions financières, nous émigrés, avons envoyé entre entre 700 et 1000 milliards de FCFA soit 10% du PIB et prêt du tiers du budget du Sénégal.

Ces chiffres ne prenant pas en compte les transferts que nous effectuons de manière informelle, nous pouvons en déduire que notre contribution financière constitue un levier plus que nécessaire à l’économie et au développement de notre pays. Notre force financière doit nous servir de leitmotive pour réaliser de façon intelligente et efficiente des projets de grande envergure dans les capitales régionales.
L’OEDS dans ce projet se fixe la mission de contribuer fortement à la construction d’un Sénégal nouveau et de participer au développement de ses régions par une contribution symbolique et annuelle de seize mille francs environs (16.000) FCFA par émigré, soit l’équivalent de 25 euros. Les sénégalais vivants à l’étranger sont estimés à plus de deux millions cinq cent âmes, ce qui voudrait dire que sur deux millions de participants à ce projet, nous réussirons à financer un projet d’une région à hauteur de 32 milliards FCFA par an, soit près de 50 millions d’euros. Les projets, que les collectivités locales doivent nous soumettre, porteront sur des secteurs d’activités génératrices de revenus pour les communes et d’emploi pour les jeunes, dans l’éducation et notamment la santé. Une fois les projets réalisés, en matière d’embauche les jeunes seront prioritaires pour 80 % des postes dont 10% pour les personnes handicapées et 20% pour les émigrés qui désirent retourner au Sénégal. Eventuellement les émigrés interviendront dans la gestion des projets déjà réalisés. Cela nous permettait de nous prendre en charge et de ne pas attendre toujours que les solutions à nos problèmes viennent de l’Etat. Voilà en gros la mission et les objectifs de l’Organisation des Emigrés pour le Développement du Sénégal. Dans l’attente de vos adhésions, chers compatriotes, recevez nos meilleures salutations.

« Yes we care »

Présidente Mme Touré Mame Coumba NDIAYE